Comment aider mon enfant à changer d’état d’esprit

by | Jan 12, 2020 | Autonomie

Votre enfant est persuadé qu’il n’a pas les compétences pour réussir, et à tendance à s’arrêter à la première difficulté rencontrée sans que vous sachiez comment faire pour le pousser à persévérer.

Voici les clés pour l’aider à adopter un état d’esprit positif qui va révolutionner sa vision de sa scolarité !

   Deux profils, deux états d’esprit

Le professeur Carol Dweck a caractérisé les deux états d’esprit positif et négatif sous le prisme de l’éducation, de notre rapport à l’intelligence, au monde et aux autres, afin de comprendre comment jouer sur la réussite des élèves.

Elle a ainsi conclu dans son ouvrage Mindset, a new psychology to success, que :

  • L’état d’esprit positif ou évolutif (growth mindset) se caractérise par une croyance en l’acquis : tout peut être appris à force de travail, et chaque problème rencontré est une occasion d’apprendre.
  • L’état d’esprit négatif ou figé (fixed mindset), se caractérise par une croyance en l’inné : tout est déterminé par les talents et l’intelligence de chacun dès la naissance. Cet état d’esprit cultive la peur de l’échec et la fuite face aux problèmes et challenges.

Chacun porte en soi les deux états d’esprit, à des degrés différents. Selon le contexte, on peut passer de l’un à l’autre sans même s’en rendre compte.

   Identifier l’état d’esprit de votre enfant

Réussir sa scolarité nécessite d’adopter un état d’esprit positif, de savoir se confronter aux problèmes et de persévérer dans ses efforts. La première chose à faire est donc de vous demander dans quel état d’esprit se situe votre enfant actuellement, de manière générale et vis-à-vis de sa scolarité tout particulièrement.

  • Si l’enfant a un état d’esprit négatif vis-à-vis de sa scolarité, il tient un discours très pessimiste sur ses chances de réussite.

Il considère qu’il n’est « pas assez intelligent pour réussir », « pas assez doué », et « qu’on ne peut pas changer qui on est ». 

L’enfant a ainsi tendance à s’arrêter à la première difficulté rencontrée, et se sent menacé par le succès des autres qui lui révéler sa propre incompétence.

Chaque remarque est vécue pour lui comme une remise en cause profonde de sa valeur.

  • Si l’enfant a un état d’esprit évolutif, il a tendance à vouloir tout essayer, révèle une grande curiosité.

Si vous l’entendez parler du succès des autres, vous verrez qu’il le motive à se dépasser !

Les conseils qu’on lui dispense sont écoutés car l’enfant les voit non pas comme une remise en cause mais comme une aide à la progression. C’est pourquoi cet état mène à la réussite de votre enfant en lui apprenant la persévérance.

Il a conscience du travail à fournir pour réussir.

Les enfants développent leur image propre conformément à la vision que les adultes ont d’eux. Il se peut que votre éducation les a poussés vers un état d’esprit plutôt figé – peut-être que vous prenez conscience aujourd’hui qu’il vous caractérise vous-même ! Heureusement, il n’est jamais trop tard pour le remettre en cause et pencher la balance en faveur d’un état d’esprit évolutif.

Si vous pensez que votre enfant s’est bloqué dans un état d’esprit négatif vis-à-vis de sa scolarité, rassurez-vous, vous êtes en première ligne pour l’aider à changer d’état d’esprit !

 Développer un état d’esprit positif chez son enfant

Changer l’état d’esprit de votre enfant doit lui permettre de quitter son anxiété et son sentiment d’échec vis-à-vis d’une matière ou de sa scolarité en général. Cela doit lui permettre de persévérer, de continuer à essayer même après un échec, afin de réaliser le chemin qui est celui de la réussite. Pour cela, voici neuf conseils que nous aimerions vous transmettre :

 

 

 

1- Différencier le fait de « faire des erreurs » et « d’être un échec »

Cela vous semble évident ? Et pourtant, nombre de nos tournures de phrases sont parfois malheureuses lorsque nous parlons à nos enfants… Et cela commence dès tout petit ! Au même titre qu’on ne dit pas à un enfant « tu es méchant » mais « ce que tu as fait n’est pas gentil », rappelez bien à votre enfant que ses échecs ne caractérisent pas son niveau de compétences… simplement qu’elles sont un signe qu’il lui reste à travailler et à s’améliorer pour pouvoir performer à la hauteur de ses attentes (et de vos espérances) !

 “Les échecs ne caractérisent pas la valeur et le niveau de compétences”

  • 2- Bannir les mots intelligent et stupide…

… et même le mot fainéant ! Ces mots enferment dans des cases et empêchent toute idée d’amélioration et d’apprentissage. Rappelez-vous, votre enfant se conformera inconsciemment à la vision que vous avez de lui…

Souvent, l’enfant rangé dans la case intelligent ne voudra pas risquer de tomber du piédestal où vous l’avez placé. Comme on associe souvent le fait d’être intelligent au fait de ne pas faire d’erreurs et de ne pas avoir à travailler, votre enfant fuira les challenges et toutes les situations qui pourraient aboutir sur un échec, l’empêchant ainsi de progresser en sortant de sa zone de confort.

3- Valoriser tous les efforts, essais, tentatives, progression

Quelque soit le domaine, habituez votre enfant à aimer le processus d’apprentissage. C’est son travail et toute l’énergie qu’il déploie pour progresser qui doit être saluée ! Vous trouverez des astuces pour valoriser toutes les petites réussites qui marquent la progression dans notre article « Comment valoriser son enfant : cookie jar et autres méthodes ».

4- Valorisez le processus plus que le résultat final

Toute réussite implique un travail conséquent en amont. Reconnaissez ses efforts, sans brandir derrière votre attente de résultats concrets ! Si votre enfant fait de réels efforts, les résultats viendront nécessairement. Et s’il a besoin d’un coup de pouce dans sa manière d’apprendre, on vous conseille notamment nos articles « Mieux apprendre » et « Travailler moins mais plus efficacement ».

Chaque effort compte et doit être valorisé indépendamment du résultat.

5- Améliorer vos critiques et aidez votre enfant à percevoir leur intérêt

Tournez vos phrases de la manière la plus positive possible, et n’oubliez pas de demander ses retours sur l’amélioration qu’il aura perçue ! Invitez votre enfant à percevoir vos remarques de manière ludique, comme des tests à mener (il sera amené à vérifier par lui-même que votre remarque est pertinente) ou des « raccourcis » dans son apprentissage.

6- Inciter à adopter un nouvel objectif à chaque pas de fait

Motivez votre enfant à se challenger constamment. Un état d’esprit évolutif ne se repose jamais sur ses lauriers, et cherche constamment à s’améliorer. On vous donne quelques conseils pour l’auto challenge dans notre article « Comment se motiver à travailler » !

7-Dédramatiser le temps

La progression prend du temps. Réussir prend du temps. Aidez-le à s’enlever l’éventuelle frustration  de ne pas progresser assez vite.

Ce qui compte n’est pas de faire vite, mais de faire bien.

8- Aider son enfant à percevoir chaque challenge comme une opportunité

Chaque fois qu’on essaie quelque chose de nouveau, on apprend de son expérience. Évoquez avec votre enfant les problèmes qu’il rencontre, en quoi ils constituent un challenge pour lui et ce qu’il peut en tirer de positif, qu’il réussisse ou qu’il échoue à résoudre son challenge ! Cela lui permettra d’envisager l’échec comme un apport positif et de ne plus en avoir peur.

9- Placer l’apprentissage au-dessus de l’avis des autres

Le jugement des autres peut être un frein à l’envie de se challenger et de développer de nouvelles compétences. Soutenez-le dans ses envies et ses idées, aussi farfelues soient elles. Elles seront pour lui une occasion d’apprendre, et plus vous le soutiendrez, moins l’avis des autres le freinera, car vous aurez rendu normal d’essayer ce dont on a envie et de développer toutes les compétences que l’on souhaite.

 

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published.